Accueil

Déroulement d'un rallye WRC

On se hâte souvent de ne considérer le rallye (et le sport en général) que pas les performances de ses acteurs mais là n'est qu'une facette du déroulement d'un rallye, qu'il soit régional ou de niveau mondial. Découvrez ici l'envers du décor et suivez l'évolution d'un rallye, du début à la fin.

Un rallye se compose de trois étapes (vendredi, samedi et dimanche), divisées en secteurs chronométrés appelés les "spéciales", reliées entre elles par des "liaisons". Avant cela a lieu, le jeudi, le shakedown puis la cérémonie de départ. Le rallye fini, on procéde au podium le dimanche après midi. Comment se déroulent chacun de ces moments clés?

Shakedown :

Le jeudi, les pilotes ont le droit à un amuse-gueule. En effet, le shakedown est une mise en jambe, un avant-goût de ce qui les attend lors des trois jours qui suivent. Durant cette matinée, les équipages ont l'occasion de montrer de quoi ils sont capables, et surtout de s'adapter au terrain, aux routes, aux conditions. C'est une étape primordiale pour eux.

Cérémonie de départ :

Le jeudi soir, c'est le départ officiel du rallye. Tour à tour, chaque voiture descend le podium de départ. Cette cérémonie, très symbolique, est un moment chargé de tension pour les équipages et tout le staff, la prochaine fois qu'on les verra, ce sera en course.

Départ de spéciale :

Le stress, la tension, la rage de vaincre... Une cellule, un compte à rebours, un commissaire et une route déserte, le cadre est posé. 5, 4, 3, 2, 1, GO ! Et voilà les pilotes lancés dans le rallye. Désormais, chaque dixième compte et chaque pilote se donne à fond. Principal difficulté de ce moment : garder son sang froid et ne pas partir trop tôt, sans quoi c'est la pénalité.

Spéciale :

Glissades, sauts, freins à main, épingles à cheveu, le compteur qui s'emballe, les spectateurs qui crient et remuent les drapeaux, c'est la beauté du rallye à son apogée. Le pilote est au maximum de sa concentration, les notes du copilote fusent, une moindre erreur et c'est la sortie, un virage mal négocié et c'est une place en moins. Pour le public, c'est du grand spectacle. C'est bien sûr le coeur d'un rallye, c'est là que tout se joue, c'est en accumulant les temps réalisés lors des spéciales que le classement est établi.

Liaison :

Pour rejoindre la spéciale suivante, les pilotes doivent emprunter les routes de circulation "ouvertes", ce sont les liaisons. Seules règles : respecter le code de la route et arriver à l'heure au départ du chrono suivant.

Super-Spéciale :

Certains rallyes proposent aux pilotes une Super-Spéciale. Organisées sur un parcours artificiel et de courte distance, ce sont des spéciales sans grande importance pour la course, si ce n'est de divertir le public. Le concept est tout ce qu'il y a de plus simple, et de spectaculaire : deux pilotes s'affrontent sur deux pistes parallèles. Sensations garanties !

Assistance :

Ô qu'elles souffrent les pauvres voitures lors d'un rallye. Suspension, moteur, pneus, carosserie, direction, transmission... rien n'est épargné ! Sans les mécanos, les machines ne feraient pas long feu. L'assistance, limité en temps, est une sorte d'"infirmerie" pour soigner les petits (réglages) ou gros (suite à une sortie, roue arrachée, tonneaux...) bobos.

Podium :

Et voilà, le rallye est fini, la course a fait sa sélection, le classement est établi et le vainqueur va pouvoir savourer. Deux étapes : la remise des prix et la célébration de la victoire. Champagne et foule déchainée au programme.