Accueil

Le WRC

WRC = World Rally Championship = Championnat du Monde des Rallyes

Le rallye est sûrement l'un des sports les plus dangereux et spectaculaires qu'il existe. Sur les routes les plus accidentées du monde, des voitures sur-vitaminées déboulent à toute vitesse pour signer un chrono époustouflant à des vitesses faramineuses. A leur volant, des hommes qui n'ont peur de rien et qui à chaque instant risquent leur vie pour essayer de dompter les spéciales d'un championnat du monde de plus en plus exigeant qui a su se donner les moyens de se rendre plus impressionnant et attractif. Ces derniers capables de braver les pires conditions imaginables pour s'imposer sur l'un des 16 pays accueillant le mondial : que ce soit sur les routes piégeuses du Monte Carlo, sur l'épaisse neige suédoise, sur les pistes pierreuses de l'Acropole, sur les chemins cassants de Chypre, sur les routes bondissantes et rapides de la Finlande, sur l'asphalte sinueux corse, dans les montagnes argentines ou encore dans la boue galloise.

Les plus grands constructeurs ont donc profité de cette discipline pour vanter les mérites de leurs voitures, pour montrer leur qualité et leur fiabilité. Avec le temps, les amateurs sont devenus des professionnels et les constructeurs ont quant à eux créé des compartiments sport pour gérer cela. Les résultats devaient suivre et des moyens considérables ont été mis en jeu pour que ça arrive. Ainsi, tout au long de l'année, les équipes multiplient les tests entre les rallyes pour y parvenir. En effet, pour réussir dans ce sport, il faut pouvoir grappiller des secondes sur l'adversaire à tout moment et que la voiture soit parfaitement réglée au début de chaque spéciale durant les trois jours de compétition. Des fabricants se sont spécialisés dans ce sport très technique comme Michelin et Pirelli (pneumatiques), OZ Racing et Speedline (jantes) ou McPherson (amortisseurs). Et si une équipe se permet la moindre négligence dans l'un de ces domaines, elle peut y perdre la victoire comme ça a été le cas à mainte et maintes reprises dans l'histoire.

Alors, on a commencé à voir les grandes marques débarquer en Afrique, en Amérique du sud, en Australie ou dans les plus beaux pays européens avec leur équipe de mécanos, leurs camions, leurs ingénieurs, leurs voitures de course… et, bien sûr, leurs pilotes. Ainsi, Lancia, Fiat, Audi, Peugeot, Toyota ou encore Mitsubishi auront marqué à jamais le monde du rallye tout comme ce fut le cas pour des rallymen tels que Juha Kankkunen, Stig Blomqvist, Walter Röhrl, Ari Vatanen, Bjorn Waldegaard, Tommi Mäkinen et Carlos Sainz.

Au début, les rallyes étaient des courses qui duraient plus d'une semaine, le but étant de rejoindre un point précis, sans qu'il n'y ait de secteurs chronométrés, le vainqueur était désigné d'après plusieurs critères, esthétiques, de régularité, de confort.... Puis des règles ont été instaurées et ce sport s'est professionnalisé.

Aujourd'hui, un rallye se déroule sur quatre jours. Le jeudi, les équipes participent à ce que l'on appelle "le shakedown", jour que l'on pourrait qualifier d'essais. Puis la course se déroule en trois étapes, une le vendredi, une le samedi et une le dimanche. Chaque étape est décomposée en plusieurs portions chronométrées, les "spéciales", qui sont reliées entre elles par des liaisons qui se déroulent sur routes ouvertes à la circulation et où les pilotes doivent respecter le code de la route. Sur certaines épreuves, il y a également des "super-spéciales" le soir : ce sont des parcours chronométrés sur circuit, longs d'à peine 1 ou 2 km, où 2 pilotes s'affrontent côte à côte, le principal intérêt étant le spectacle plus que la course puisque les vainqueurs n'y gagnent que quelques centièmes.

Les grandes instances de ce sport constatant la popularité grandissante du rallye, un championnat du monde a été créé. D'abord pour les constructeurs en 1973 puis 6 ans plus tard - en 1979 - pour les pilotes. Parallèlement, il y a le championnat copilote.

Le paroxysme de ce sport fut le Groupe B (années 80) où nous pouvions voir des bolides tels la 205 ou la Quattro qui développèrent jusqu'à 500 ch. mais ces voitures étant trop dangereuses (ce qui se vérifia par plusieurs accidents mortels), la FIA a mis fin à cela et on vit alors apparaître en 1987 le Groupe A puis le WRC en 1997 où la puissance est désormais fixée à 300 ch. Incontestablement, Lancia est la marque qui a le plus marqué ce sport remportant 4 titres pilote et 10 constructeur grâce à ses Fulvia, Stratos, 037 et Delta.

Ce championnat se déclina également en plusieurs championnats parallèles afin de permettre à plus de pilotes de profiter de ce sport. Ainsi on vit apparaître des championnats Groupe N (pour les voitures de production) en 1987, un championnat Team's Cup (pour les équipes semi-privées) en 1998 mais vite arrêté (fin 2001) et plus récemment le Championnat Junior (JWRC), rampe de lancement des futures stars du WRC (voitures S1600 et âge limité à 28 ans) en 2001.

Site officiel du WRC : www.wrc.com